Intel et AMD mis KO par Google ?

Et si le tant redouté bug de l'an 2000 avait eu lieu en ce début d'année 2018 ? En effet, depuis quelques jours, une affaire agite toutes les gazettes virtuelles : la faille découverte dans les processeurs Intel, AMD et ARM.
À première vue, ce bug permettrait à des hackers d'extraire des données mémoires jusqu'ici inaccessibles. Un coup dur pour la réputation des trois groupes. D'autant plus que cette faille a été détectée par les équipes techniques de... Google ! On vous dit tout.

Le résumé des faits

Courant 2017, les équipes du projet Zero de Google, chargées de la sécurité informatique, découvrent la fameuse faille. La firme en informe Intel qui en informe à son tour ses concurrents ADM et ARM. Depuis, c'est le branle-bas de combat, malgré leur rivalité commerciale, les trois leaders du marché des CPU tentent de trouver une solution permanente au bug. Mais jusqu'ici, le "Meltdown" n'a toujours pas été résolu.

Les risques et conséquences de cette faille

Mais en quoi cela nous concerne-t-il, nous, simples utilisateurs de machines informatiques ? C'est encore difficile à mesurer. Ce qui est certain, c'est que la faille qui touche tous les processeurs de ces marques (c'est-à-dire plus de 90% du marché !), les rend vulnérables à des hacks d'un nouveau genre. Théoriquement, un pirate serait en mesure d'extraire d'une machine, des données de connexion qu'il était jusqu'ici impossible de récupérer. Un risque minimal, au vu de la difficulté de l'entreprise, mais un risque quand même.

Mais ce n'est pas tout. Une autre mauvaise nouvelle pourrait attendre les détenteurs d'un processeur Intel, donc tout le monde. C'est la mise au point d'un patch de sécurité qui, s'il permettrait de régler le problème, diminuerait sensiblement les performances des processeurs. On parle d'une chute de près de 30% de leur puissance.

Ce qu'on peut en conclure

L'affaire n'est dévoilée que depuis le 3 janvier (via le blog officiel de Google). Il est encore difficile de faire de grande théories sur l'influence qu'elle aura sur la cyber-économie.
Ce qui est sûr, c'est qu'après l'attaque informatique mondiale subie en 2017, les géants du numérique nous montrent encore une fois leur vulnérabilité. Notamment en ce qui concerne la protection de nos données.
En revanche, le grand gagnant de ce marasme reste bel et bien Google. Héros de l'histoire, il impose un peu plus encore, si c'est possible, sa suprématie sur la concurrence. Affaire à suivre.