Que penser du nouveau service de téléchargement "MEGA" ?

Quelques mois après la fermeture du site illégal Megaupload, son sulfureux concepteur, Kim Dotcom lance une nouvelle plateforme, légale cette fois. Intitulée Mega, le site a ouvert ses portes fin janvier 2013 et compte déjà plusieurs millions d'adeptes. Que penser de ce nouveau site et surtout, en quoi est-il différent de son prédécesseur?

Une copie-conforme ou une adaptation du téléchargement ?

L'interface Mega présente sur la forme, des similitudes avec Megaupload. En effet, elle a clairement vocation à la remplacer et a donc adopté une charte graphique qui s'en inspire fortement. De plus, elle affiche sur le fond les mêmes recettes qui ont fait le succès de Megaupload. La possibilité pour les internautes de partager des fichiers de tous les types et d'héberger leurs documents reste donc le fond de commerce de Mega. Toutefois, seuls les utilisateurs inscrits auront droit de télécharger ces fichiers et la clé de décryptage ne sera transmise qu'entres membres inscrits. Les non-abonnés ne parviendront pas à lire le fichier qui sera crypté. Kim Dotcom promet même aux résidents Américains de contourner les lois sur la violation de la protection intellectuelle en plaçant les serveurs dans des pays où les droits d'auteurs sont moins bien protégés. Dans le principe et sur le papier, Mega est donc le digne héritier de Megaupload. Mais qu'en est-il sur le terrain?

Dans les faits, un site ambigu et qui perd de sa valeur

Le concepteur du site, Kim Dotcom, a affiché haut et fort sa volonté de remettre en marche son site. Il a fait de nombreuses annonces sur les réseaux sociaux concernant l'arrivée de Mega. Et cela a fonctionné puisqu'en l'espace d'1 jour, plus de 500 000 inscrits avaient déjà été comptabilisés. La sortie de Mega 1 an jour pour jour après la suspension de Megaupload semble clairement un pied de nez aux autorités Américaines. Néanmoins, le site reste ambigu concernant les droits d'auteurs puisqu'il puise dans les failles du système et dans le manque de précision des lois pour la protection intellectuelle. Ainsi, le site se dédouane de toute responsabilité en désignant les inscrits qui transmettent les codes d'activation comme les coupables. Les conditions générales restent donc floues et ne pose pas de cadre précis quant à l'utiliation du site. Par ailleurs, l'interface semble accumuler des lenteurs et des lourdeurs dans son fonctionnement. En effet, un grand nombre d'inscrits se sont plaints des difficultés de Mega pour se connecter, télécharger et héberger les fichiers. La mise à pied de Megaupload a permis, pendant 1 an, à des sites concurrents de rogner les parts de marché du géant déchu. Des plateformes comme Rapidshare ont, en effet, tiré leur épingle du jeu et ont bénéficié d'une affluence soudaine suite à l'arrêt de Megaupload. Avec un public très volatile, qui en 1 an, est allé voir du côté de la concurrence, il sera difficile pour Mega de renouer avec les succès d'antan et son record de 50 millions de personnes inscrites.

Malgré des débuts encourageants, la plateforme Mega est dans une situation incertaine. Elle doit faire ses preuves et démontrer son efficacité. De plus le flou artistique dans lequel riment ses conditions générales sèment le doute quant à sa capacité à résister dans l'avenir. Enfin, les concurrents directs se sont développés, ce qui complique encore davantage la tâche à Mega. Cette interface ne révolutionnera pas le monde mais elle bénéficie tout de même de nombreux atouts.

Nous reviendrons d'ici quelques jours sur une version plus récente du test de cette platefome, qui semble avoir pris ses marques depuis quelques mois... Mais ça nous le reverrons ensemble plus tard :)