Internet et liberté: Doit-on craindre le projet de loi sur le renseignement?

BIG BROTHER IS WATCHING YOU! C'est ce lundi que débute à l'assemblée l'examen du projet de loi sur le renseignement. Très controversé, ce dernier s'en prend directement à ce que nos démocraties ont de plus précieux: les libertés publiques.

 

La Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés (CNIL) en tête, la liste de ceux qui dénoncent les dangers du projet de loi sur le renseignement est longue, lui reprochant principalement d'organiser une "surveillance massive" en France.

Un texte qui menace les droits fondamentaux

Pour consolider les services de renseignements au nom de la "prévention du terrorisme"- bien que les motifs puissent aller jusqu'à la protection des "intérêts économiques"- nos 007 franchouillards auront à disposition des gadgets jusqu'alors réservés aux enquêteurs judiciaires: de la mise en place de balises sur les véhicules de potentiels suspects, à la pose de micros sur leur lieu de résidence!

Mais les deux nouveaux joujoux qui nous inquiète tout particulièrement sont les "Imsi-catchers" et les fameuses "boites noires". Les premiers sont des appareils qui reproduisent le fonctionnement des antennes téléphoniques et saisissent toutes les communications dans une zone délimitée. Les secondes sont installées sur les réseaux des fournisseurs d'accès et contiennent des algorithmes pouvant déceler les comportements suspects sur le web.

Des garde-fous insuffisants ?

Bien que nous ne disposons actuellement d'aucune réelle indication sur la façon dont fonctionneront ces algorithmes, il y a fort à parier que des milliers d'internautes vont voir leur identité compromise parce qu'ils auront simplement effectuées des recherches documentaires sur tels ou tels sujets reconnus suspects!

Autre crainte très concrète pour le citoyen lambda: toute "personne susceptible de jouer un rôle intermédiaire, volontaire ou non" sera mise sous écoute en même temps que le suspect! Par exemple, si vous êtes chauffeur de taxi et que vous transportez sans le savoir une personne considérée comme étant un suspect potentiel, votre véhicule sera alors géolocalisé et susceptible d'être espionné par micro de manière permanente...

Face à ces capacités de surveillance démesurées, les opposants au projet de loi s'élèvent publiquement contre un contrôle qui manque de consistance. De nombreuses personnes, en France et à l'étranger, s'opposent à ce que la lutte contre le terrorisme se fasse à l'instar des libertés fondamentales et ce sans aucune garantie de résultats. Des voix s'élèvent jusqu'aux États-Unis, pays du PatriotAct, pour obtenir de la France qu'elle ne franchisse pas ce pas.