Darknet ou le web profond, kezako ?

Il est essentiel de préciser, dans un premier temps, que l'appellation de Dark Net (le web profond) est inexacte: il en existe effectivement beaucoup, et il faut donc plutôt se référer aux darknets au pluriel.

Ceux-ci sont des réseaux privés virtuels, qui ne comprenaient à l'origine que quelques membres. Ces derniers découlent des recherches sur l'anonymisation sur Internet, et permettent d'établir des connexions réputées "cachées", ou très difficilement traçables, d'où le terme de web profond.

TOR, pour The Onion Router, est un réseau informatique mondial et la plateforme la plus connue parmi les dark nets, grâce à sa grande capacité d'accueil. Ses routeurs superposés en couches, à la manière d'un oignon, en font l'une des plateformes Internet les plus sécurisées et les plus anonymes. Mais d'où proviennent ces darks nets, et à quoi peuvent-ils servir ?

Les origines des dark nets et de TOR

La création de TOR remonte à la fin des années 90, et son développement est porté dans un premier temps par le département de la défense américain. Il sera donc mis au service des renseignements et des services d'espionnage du pays, tout en leur permettant de dissimuler leurs adresses IP, et donc leurs positions géographiques.
A cette occasion, nous vous conseillons la lecture de notre article sur les bons conseils pour une meilleure sécurité sur internet !

Les dark nets sont donc conçus par les Etats-Unis à des fins militaires, mais ils sont très rapidement accessibles pour les utilisateurs privés. En effet, cette ouverture au "grand public" permet aux services de renseignements américains de se fondre dans la masse des utilisateurs de TOR. Les dark nets, et notamment TOR, se multiplient alors et continuent de s'étendre sur la toile, dans sa face la plus cachée et parfois la plus obscure.

A quoi peuvent servir TOR et les dark nets ?

Les utilisations de TOR et des serveurs cachés que sont les dark nets peuvent être de nature extrêmement variée. Si cette face cachée du Net peut faire peur, en raison de son manque de transparence justement, cette inquiétude n'est pas toujours fondée et TOR peut accueillir des personnes bien intentionnées comme des individus plus malveillants.

Parmi les premières utilisations de TOR par des particuliers (et non par l'armée), les dissidents politiques ont une place de choix. En effet, ces plateformes opaques et difficilement traçables sont de formidables bannières d'expression, tout en conservant une part d'anonymat. Parmi ces utilisateurs généralement "bienveillants" des dark nets, on retrouve notamment la figure emblématique d'Edward Snowden, qui s'est servi de ces plateformes pour diffuser des documents classés secrets.

Les dark nets peuvent cependant revêtir des formes plus sombres, et se faire le haut-lieu de commerces illégaux en tout genre. Il est en effet effrayant de voir la facilité avec laquelle il est possible de trouver (et d'acquérir) armes, substances illicites ainsi que faux papiers sur certains sites. Ces derniers fonctionnent avec la monnaie virtuelle Bitcoin, dont le taux de change avec l'euro demeure (heureusement) extrêmement élevé.