Et si internet disparaissait !!

Internet : une pratique bien ancrée

Un monde sans internet ? Impossible me direz-vous. Aujourd’hui internet a tellement envahi notre société que s’il disparaissait, il faudrait réapprendre à vivre, réapprendre à être indépendant. Car nous sommes aujourd’hui tous des drogués, incapables de vivre sans Facebook, Twitter et Instagram, esclaves de notre image, des « j’aime », tweets et autres followers.

Nous ne pensons plus par nous-mêmes et devenons des incapables de faire appel à notre mémoire ni à nos capacités cérébrales et nous nous tournons vers notre cher ami Google qui aura toujours réponse à tout. Ce besoin urgent de rapidité, d’instantanéité, qui petit à petit nous déconnecte de la réalité, nous fait entrer dans un monde connecté où tout va toujours plus vite. Bien sûr, internet est un outil merveilleux qui nous ouvre au monde, une source d’informations intarissable, mais, paradoxalement, il nous enferme dans une bulle virtuelle qui peut faire passer à côté de beaucoup de choses.

Un retour aux sources?

La disparition d’internet nous laisserait, tout d’abord, perdus, livrés à nous-même. Et bien que la période de transition serait pour le moins chaotique et désorganisée, nous en reviendrions aux bonnes vieilles habitudes...  Finis les évènements Facebook ou messages Whatsapp, prenons notre courage à deux mains et faisons l’effort d’appeler nos amis, de remettre la carte postale à la mode, pourquoi pas aussi de leur rendre visite. Les entreprises ressortiraient les « fax » du placard car l’ancêtre du mail serait alors l’unique solution pour transmettre des documents de façon plus rapide que par voie postale. Fini le shopping depuis notre canapé, et les voyages réservés en quelques clics. Il va falloir vivre les choses en vrai, aller au contact des gens et ne plus s’enfermer chez soi derrière son écran.

Internet vecteur de communication

Une solution parallèle

Cependant, après avoir goûté à la magie d’internet, je doute fort que nous cantonnions au schéma pré-internet. En effet, après avoir profité de tant de technologie, nous allons vouloir recréer quelque chose de similaire. C’est ainsi que se développeront les réseaux « mesh » qui sont déjà utilisés aujourd’hui en cas de catastrophes naturelles ou de censure internet dans certains pays en conflit. Ces réseaux maillés permettent une communication indépendante entre ordinateurs, téléphones ou terminaux de communication en circuit fermé. De par son caractère local et son circuit fermé, le réseau mesh empêche ainsi toute surveillance ou espionnage car les seuls utilisateurs étant les « nœuds » du réseau peuvent accéder et intervenir à celui-ci. Ce serait donc un monde hybride, à mi-chemin entre « la vie d’avant » et la modernité d’internet, jusqu’à ce que la technologie nous rattrape et nous fournisse, encore une fois, une nouvelle addiction.