intelligence artificielle vintage

L’intelligence artificielle est aujourd’hui développée dans beaucoup de domaines différents. Mais ses concepteurs, eux, sont tous issus du même moule : l’homme blanc hétérosexuel. Cet état de fait engendre différents problèmes, notamment concernant la diversité ; il ne reste plus qu’à appliquer les solutions !

L’homme blanc au cœur des inventions : des limites (de la diversité) vite atteintes

L’exemple de la reconnaissance faciale est assez symptomatique des limites du système. Conçus par des hommes blancs, ces logiciels laissent la part belle au type caucasien, et restent d’une efficacité limitée pour les profils ayant un taux de mélamine plus important. C’est ainsi que Google avait connu de sérieux déboires en 2015, lorsque son algorithme associait des hommes à la peau sombre avec des gorilles. De quoi remettre en cause la programmation même des logiciels.

Les défaillances ne portent pas uniquement sur l’aspect racial. Ces mêmes IA peinent à être à la hauteur quand il s’agit de reconnaître des femmes par exemple. Ou encore pour tout ce qui relève des standards de beauté : au nom de quoi les plus belles femmes seraient-elles forcément blanches ? On touche là aux différences culturelles et aux identités des peuples, que l’on ne peut réduire à une seule et même vision du monde.

Inclure la diversité dans les équipes : une solution pour améliorer l’intelligence artificielle

L’enjeu est donc que ces technologies deviennent efficace pour tout le monde, sans exclure personne. Autrement dit, que les concepteurs des intelligences artificielles ne travaillent pas uniquement pour leur propre profil, mais incluent toute la diversité humaine dans leurs algorithmes. Cela implique une connaissance de l’autre, une reconnaissance des différences physiques et culturelles. Mais surtout une inclusion de toutes ces données dans les logiciels, de façon parfaitement égalitaire.

Pour atteindre au mieux cet objectif, pourquoi ne pas diversifier les équipes ? Nul doute que, s’il y avait plus de femmes aux commandes, les IA travaillant sur la reconnaissance faciale gagnerait en efficacité sur les profils féminins. Même remarque pour les hommes noirs. À noter : la Chine commence à gagner du terrain dans le domaine (mais à en perdre dans d’autres domaines ..)
Ce qui devrait permettre une meilleure prise en compte du profil asiatique.

La diversité humaine existe, elle est une richesse. Il ne reste plus qu’à la maintenir à tous les niveaux, du consommateur au concepteur de logiciels.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.